vaccination_bien_etre_porcin

Un certain nombre d’études ont démontré que l’utilisation aussi bien de vaccins viraux que de vaccins bactériens permettait de réduire l’usage des antibiotiques. 

Exemple N°1la vaccination vis-à-vis de Lawsonia intracellularis

Dans une étude réalisée sur plusieurs dizaines d’élevages répartis dans 9 pays, la vaccination a permis pour la majorité d’entre eux de réduire les prescriptions d’antibiotiques à hauteur de 1,49 € par porc. Au Danemark, une autre étude en élevage naisseur-engraisseur a permis de diminuer de 80 % l’usage de l’oxytétracycline avec la mise en place ce cette vaccination, tout en améliorant le gain moyen quotidien et le poids de carcasse des porcs charcutiers. 

Exemple N°2 : la vaccination contre PCV2

Une étude dans 65 élevages autrichiens de type « engraisseur » a montré que la vaccination des porcs avait réduit la consommation d’antibiotiques de 67 %. Dans un élevage néerlandais « naisseur-engraisseur » de 460 truies, l’application de cette vaccination sur porcelets de 5 semaines avait réduit de 39 % l’utilisation des antibiotiques en engraissement au bout d’un an. La mise en place d’une vaccination intradermique de porcelets de 21 jours dans un élevage allemand de 2.000 truies a permis de réduire le taux de traitement antibiotique de 7,8 à 0,6 %, tout en améliorant la croissance et diminuant mortalité et taux de pleurésie à l’abattoir. 

Exemple N°3la vaccination associée contre PCV2 et Lawsonia intracellularis

Chez un post-sevreur engraisseur danois recevant 1.000 porcs toutes les 7 semaines, un protocole associant une vaccination PCV2 à une vaccination L. intracellularis des porcelets à l’arrivée avait réduit respectivement de 39 et 59 % les usages d’antibiotiques en post-sevrage et engraissement au bout d’un an, soit une réduction du coût antibiotique de 1,15 € par porc produit. 

Exemple N°4la vaccination contre le SDRP

Une expérience similaire dans un élevage post-sevreur engraisseur belge vaccinant ses porcelets sevrés contre le SDRP a conclu à une réduction respectivement de 54 et 46 % des quantités et coûts d’antibiotiques au bout d’un an

Enfin, une simulation réalisée par une équipe belge sur 11 élevages de type « naisseur-engraisseur » représentatifs de la production porcine flamande confirmait l’intérêt d’associer un protocole adapté de vaccination à des mesures de biosécurité : 

  • d’un point de vue économique : investissement supplémentaire de 4 € par truie et par an pour une réduction de coût d’antibiothérapie de près de 8 € par truie et par an, 
  • d’un point de vue technique : diminution de 1,1 % de la mortalité en engraissement. 

Source : Veterinary Research, 2018.  

Autres articles
depistage_maladie_porc
06/04/2020
Les maladies porcines réglementées : définitions et impact
On a longtemps parlé, dans le champ de...
demedication_resultats
04/03/2020
Réduction des antibiotiques : quelles conséquences sur les résultats technico-économiques ?
Quels sont les déterminants techniques et psychologiques de...
Menu
Recherche
Santé Porc